Le coralligène

La Méditerranée ne représente que 0,7% de la surface des océans, mais constitue un des réservoirs majeurs de la biodiversité marine et côtière, avec 28% d’espèces endémiques, 7,5% de la faune et 18% de la flore marine mondiale.

Sorte de « rocher vivant », le coralligène est l’écosystème majeur de Méditerranée Selon la turbidité de l’eau, on peut en trouver entre 12 et 120 m de profondeur. La croissance du coralligène est très lente (entre 1 et 4 mm/an). S’ils ne sont pas perturbés, ces récifs peuvent perdurer plusieurs siècles, mais mettront aussi très longtemps à se régénérer s’ils sont détruits.

Les principales espèces constructrices sont des algues rouges. À l’inverse, il existe des espèces dites érodeuses qui consomment le coralligène (étoiles de mer, oursins, poisson-perroquet méditerranéen…) ou y creusent des galeries (éponges, annélides, mollusques, crustacés), permettant ainsi de favoriser la diversité des espèces en limitant la population des plus abondantes, ainsi que de créer un relief complexe constituant autant de niches écologiques abritant une très grande biodiversité, parfois comparée à celle des récifs coralliens tropicaux. Près de 20 % des espèces méditerranéennes connues seraient ainsi inféodées à ces milieux

Related Post